.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Ҩ NOLA RENOIR-CHASTENEY ❝ you can ❞

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Raine

❝ ❞

Messages : 30
Date d'inscription : 12/10/2014

MessageSujet: Ҩ NOLA RENOIR-CHASTENEY ❝ you can ❞    Ven 10 Avr - 17:15



LENA OCEANE RENOIR-CHASTENEY
personnage incarné par saoirse ronan

Carte d'identité
Date & lieu de naissance: 30/09/1993
Age: 19 ans
Origine: Française
Situation amoureuse: Célibataire
Emploi/Etude: .....
Adjectif - Adjectif + Adjectif -
Adjectif + Adjectif - Adjectif +

Pseudonyme : ...
Age : ...
Avatar : ...
Acceptez vous le partage de votre avatar : ...
Multicompte ? : ...
Statut : IV ; SC
Comment connaissez vous le forum ? : ...
Un petit avis sur le forum ? : ...
Mot de la fin  : ...


trilingues : anglais, français & espagnol, bases d'italien ★ aime sa famille plus que tout ★ la photographie avec Victoria ★ bave quand elle dort ★ jure en français, à part quand il s'agit de dire "fuck" ★ a beaucoup voyagé à cause des travails de ses parents : a vécu en Angleterre, en Espagne et en Italie, mais est aussi aller en vacances en Argentine avec ses amis, en Afrique du Sud, en Allemagne et en Indonésie avec sa famille ★ A déjà fumé de la marijuana
Théo Renoir :
de 17 ans à 21 ans = Bordeaux.
22 ans à 24 ans = Arsenal
25 ans à 29 ans = Manchester United
29 ans à 30 ans = Milan AC
31 à 37 ans = FC Barcelone
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Raine

❝ ❞

Messages : 30
Date d'inscription : 12/10/2014

MessageSujet: Re: Ҩ NOLA RENOIR-CHASTENEY ❝ you can ❞    Ven 10 Avr - 17:16



Once upon a time
Qu'il puisse vivre pour toujours


❝ I don't eat, I don't sleep,
I do nothing but think of you... ❞
Theo.

❝ Bordeaux, France ; 24 mars 1990 ❞

Je suis pathétique. Pathétique, pathétique, pathétique ! J'ai serré mon poing plusieurs fois de suite, à croire que j'ai envie de frapper quelque chose, ou quelqu'un. J'aimerais bouger du canapé, aller jusqu'à la table basse, prendre la télécommande et appuyer sur le bouton rouge. Sauf que la vérité est que j'en suis incapable. Vêtue d'un vieux jeans et d'un sweat noir à capuche, je fixe l'écran et les images dessus. Les bruits me paraissent ... c'est comme si j'étais sous l'eau en fait. Je me mords violemment la joue quand il apparaît à l'écran. Ce n'est pas la première fois depuis le début du match et une douleur sourde fait monter les larmes. A moins que ce ne soit autre chose. Le pire ? Le pire c'est que je suis toute seule. Les autres sont de sortie. Ils ont fait un truc groupé, sauf Marina qui est partie voir sa mère à l'hôpital. J'ai décliné la proposition des autres quand ils m'ont proposée d'aller dans un club. J'ai dit que je me sentais pas bien alors que c'est complètement faux. J'ai juste voulu ... regarder le match, pour le voir lui. C'est un constat tellement pathétique, merde, que j'ai envie de me jerber dessus ! Surtout que j'ai un copain. Louis et là au moins, et pas de l'autre côté de la Manche. Mon père ne l'aime pas mais bon. Louis est trop tatoué à ses yeux, il est brun, indifférent à tout et ... C'est son total opposé en fait. C'est le total opposé de Théo. Oh ... Souffle coupé. J'ai pris comme petit ami le total contraire du précédent ! Et je viens de m'en rendre compte seulement maintenant ... Je viens de m'en rendre compte. La caméra fait un gros plan sur lui et ... A croire que même les cameraman sont contre moi. Je déglutis, lentement en regardant se perfection à l'écran. Ses cheveux blonds ont poussé. Il court, va se replacer et s'étire quelques secondes en attendant que la touche soit faite par l'autre équipe. Si, en fait le seul point commun entre Louis et Théo, c'est qu'ils ont tous les deux les yeux bleus. Ceux de Louis sont d'un bleu métallique qui me fait frissonner. Ceux de Théo, d'un bleu profond, teinté de verre sous une lumière crue, et qui ... Eh bien quand j'étais avec lui, me faisais ... me faisais ... Je suis désespérante. Bercée par les commentaires du match et les bruits de circulation dans la rue en bas de notre immeuble, je m'allonge sur le canapé. Le salon est plongé dans le noir, l'écran m'éclaire un peu. J'ai encore pas fermé les volets. Je vais me faire engueuler si je ne le fais pas. Mais à présent allongée sur le canapé, les bras croisée sur mon ventre, je suis vraiment incapable de bouger. C'est comme si tout le poids du monde était sur mes épaules. Je me dis que je suis la fille la plus malheureuse du monde en sachant bien que ce n'est pas le cas. Il me manque. Il me manque tellement depuis qu'il est parti. J'essaie de combattre cette idée à tous les jours depuis son transfert. Parfois ça marche, ça marche même très bien et je réussis sans problème. J'enfouis tout, tout au fond, seulement ça n'a jamais été une solution fiable. La preuve, il y a des jours où tout ressurgit et actuellement c'est ce qu'il se passe. J'ai dit non pour la sortie à mes colocataires parce que je savais qu'il y avait un match d'Arsenal diffusé ce soir et que pour une fois, il n'était pas sur Canal +. J'ai dit non parce que je voulais le voir lui, à un tel point que j'ai été littéralement obsédée par cette idée toute la journée. Tellement que j'aie été en apnée et que ... Attendez, pourquoi j'entends quelqu'un qui ouvre la porte d'entrée de l'appartement ? Je me suis redressée d'un bond. « C'est moi ! » a lancé une voix féminine. Soulagement. Sous le choc, mon coeur se crash dans ma poitrine. La silhouette de Marina apparaît dans le salon. Elle fouille encore dans son sac avant de lever la tête vers moi, visiblement surprise. « Eno ? » Encore dans mon monde, je la regarde, hagard. Le regard de Marina passe de la télévision à moi. Elle lève les yeux au ciel. « Enola ! » Elle se lance sur la télécommande et éteint la télévision, ce que j'aurais dû faire depuis bien longtemps déjà. Déjà, je n'aurais jamais dû l'allumer pour commencer. Marina me lance un regard sévère à travers l'obscurité et prend soin d'allumer la petite lampe derrière histoire que ce ne soit pas trop violent. Je viens de perdre ma dignité de femme indépendante là, c'est grave. Je cligne des yeux malgré tout plusieurs fois quand la pièce se retrouve baignée par une douce lumière tamisée. Je reste immobile et silencieuse tandis que ma colocataire enlève sa veste et vient s'asseoir à côté de moi, droite comme un i et la mine sérieuse. Silence. Je ne la regarde même pas. Au bout de ces quelques secondes, elle soupire et je sais qu'elle abandonne l'idée de me faire la morale. « Tu te fais vraiment du mal ! » continue-t-elle avec un air inquiet. Pffff ... Juste pfff. « Je crois que je suis au courant, merci. » ai-je marmonné exaspéré. Ma tête a basculé en arrière contre le dossier du canapé et je ferme les yeux quelques fractions de secondes. Aussitôt, c'est le visage de Théo qui apparaît et comme ayant subi un électrochoc, je m'empresse de rouvrir les yeux. Marina m'observe toujours attentivement. C'est une scientifique. On était dans le même lycée mais on ne se connaissait que très vaguement. Depuis le début de notre colocation, j'ai l'impression qu'elle est devenue la meilleure amie que je n'ai jamais eue, Aurore étant partie très, très loin de Bordeaux. Nous finissons par soupirer toutes les deux, exactement au même moment, ce qui nous fait rire légèrement. Je réussis à me détendre un peu, tous mes muscles étaient comme crispés. « Je dis pas ça pour remuer le couteau dans la plaie mais ... Je croyais que c'était du passé tout ça. » commence-t-elle avec toutes les précautions du monde. « Je pensais maintenant que t'es avec Louis ... Ca fait combien de temps que Théo est parti ? » demande-t-elle doucement. Je n'ai pas besoin de réfléchir pour connaitre la réponse à sa question. « Huit mois. » ai-je fait mollement. Huit mois qui ont tout changé. Y a huit mois j'étais encore une petite lycéenne qui attendait fébrilement les résultats de son bac. Y a huit mois ma mère était en ville pour la première fois depuis deux ans. Y a huit mois, Théo et moi étions toujours dans le même pays. Maintenant je suis étudiante, ma mère est repartie je-ne-sais-où et Théo semble s'éclater de l'autre côté de la manche. Je me souviens du moment où on me l'a annoncé. J'ai été voir Hugues parce qu'il avait un truc important à me dire. C'était ça. Arsenal avait fait une offre pour Théo, quelque chose que personne ne pouvait refuser. Même lui ne pouvait pas refuser. Pourquoi l'aurait-il fait ? Pour moi ? Ca aurait été complètement stupide. Je ne pouvais pas lui demander de s'enterrer à Bordeaux toute sa carrière. Comme on dit dans les films, l'aimer vraiment signifiait le laisser partir, le laisser prendre son envol et le laisser évoluer comme il le mérite. Il est fait pour tutoyer les hauteurs. Alors je l'ai laissé partir. Je nous ai laissés partir. On s'est dits qu'on verrait bien si la suite nous réunirait un jour. Pour l'instant, ça n'a pas du tout été le cas. Exaspéré, j'ai poussé un gémissement rauque. « Le pire c'est qu'il doit s'éclater là-bas ! Aller en Angleterre, c'était son rêve. Je suis sure qu'il pense plus du tout à moi. »


❝ never let me go. ❞
Enola Jane.

❝ Bordeaux, France ; 17 janvier 1991 ❞

2 - Théo (retrouvailles dans les vestiaires, match de Ligue Europa Bordeaux/Arsenal) + Maxime & Sarah

THEO : #1a2ab8

❝ pour l'homme et pour la femme que nous sommes a present ... je te quitte. ❞
Marina.

❝ Manchester, Angleterre ; 24 mars 2000 ❞

3 - Lena (mort de Marina & son mari, adoption de leurs enfants). Titre = Marina

❝ pour l'homme et pour la femme que nous sommes a present ... je te quitte. ❞
Maman.

❝ Londres, Angleterre ; 24 mars 2001 ❞

. - Lena (premier film avec Victoria).

❝ pour l'homme et pour la femme que nous sommes a present ... je te quitte. ❞
Ethan.

❝ Paris, France ; 24 mars 2002 ❞

? - Lena (Match de l'équipe de France. 1 minute de silence en hommage à Ethan mort dans un accident. Première fois que Lena et les autres voient Théo pleurer.) Titre = Ethan

❝ love. caring. ruins you. ❞
renoir/donovan-dupre.

❝ Barcelone, Espagne ; 24 mars 2009 ❞

Lena (toute la nouvelle génération a l'ancienne maison des Renoir à sa disposition pour tout l'été : les 5 Renoir-Chasteney: Bastien, Victoria, Lena, Myléna & Jules, les Viemont-Renoir (Olivia): Kilian & Cassandra, Renoir (Léon) : Marco, les Donovan-Dupré: Violaine et Angie)

❝ love. caring. ruins you. ❞
nom masculin.

❝ Paris, France ; 24 mars 1989 ❞

? - Lena (Victoria & Lena sont présentes aux Césars pour soutenir leur mère qui obtiendra le prix du meilleur réalisateur pour "un matin d'été" ( Arrow)

❝ pre, pre, pretty green bud,
all in my blunt ❞
nom masculin.

❝ Buenos Aires/Paris, Argentine/France ; 13 juillet 2011 ❞

? -Lena (Conversation téléphonique Lena/Victoria + soirée. Lena est en voyage avec son copain (?), sa meilleure amie et son petit ami ...)

❝ love. caring. ruins you. ❞
nathan.

❝ Bordeaux, France ; 06 juillet 2012 ❞

? - Lena (soirée pour fêter les résultats du bac, Nathan la largue sous prétexte qu'ils ne se voient pas assez.)

❝ people told me slow my road
i'm screaming out fuck that ❞
nola.

❝ New-York, Etats-Unis ; 11 janvier 2012 ❞

? - Lena (NYC, colocation avec Victoria et Myléna.)




Théo Renoir 46 ans
Enola-Jane Chasteney-Renoir 41 ans
Bastien Renoir (Bresson) (1990) 22/23 ans
Victoria Chasteney-Renoir (1992)20/21 ans
Lena Chasteney-Renoir 19 ans (1994)
Myléna Renoir (Bresson)
Jules Chasteney-Renoir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Ҩ NOLA RENOIR-CHASTENEY ❝ you can ❞
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LES TOILES DE PIERRE AUGUSTE RENOIR
» L'exposition Renoir
» Monet et Giverny
» NOLAN ϟ le héros, c'est celui qui fait ce qu'il peut.
» L'exposition Picasso

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HAKUNA MATATA :: TOO LATE/INSPIRATION-
Sauter vers: